BELGICA PRIMA : BELGIQUE-PREMIÈRE

Belgique-Première (carte)

Aperçu

La Belgique-Première est composée de trois cités : les Trévires (Treueri, Trèves), les Médiomatriques (Mediomatrici, Metz), et les Leuques (Leuci, Toul). Tous les trois se rangent aux deux bords de la Moselle, recouvrant la Lorraine, le Luxembourg et une bonne partie de la Rhénanie. On considère d’ordinaire les Trévires comme les plus « romanisés » ; ils entretiennent des liens très étroits avec la frontière militaire rhénane, et leur chef-lieu Augusta Treverorum (qui est aujourd’hui la ville de Trèves) est même devenue une capitale de l’Empire romain au IIIe siècle. Plus reculés, les Médiomatriques et les Leuques ont gardé (tout comme leurs voisins lingons) un caractère « celtique » plus distinct. Donc, chez les Trévires, le culte du dieu invaincu Mithras et du dieu invaincu Soleil est assez important, et on peut trouver un bon nombre de dieux « exotiques » (comme Asclépius, Nemesis ou Éros) ou typiquement romains (comme Eventus Bonus ou Vesta).

Mais cette différence-là est relative. La religion trévire s’est construite sur le même fond celtique que celle des Médiomatriques et des Leuques. En revanche, on trouve bien un culte du dieu invaincu Soleil chez les Médiomatriques et les Leuques, ainsi que des mentions médiomatriques de Concordia (une déesse typiquement romaine) et d’Isis (d’origine égyptienne). Même la nation trévire présente un visage beaucoup plus « celtique » si on met de côté la ville cosmopolite de Trèves...

Nota : Le territoire de ces cités (ou du moins des Trévires et des Médiomatriques) s’étendait auparavant jusqu’au Rhin. Des colons romains se sont installés à Mayence, des colons germaniques à Worms, Spire, Strasbourg etc., mais la région a gardé en grande partie son caractère original (du moins en matière religieuse). Voir Germanie-supérieure pour plus de détails.

Dieux attestés sur les épigraphies

Les 370 dédicaces à des dieux particuliers dans cette province montrent une très forte préférence pour Mercure. Il est également remarquable que la déesse la plus attestée dans cette province soit Rosmerta, la parèdre de Mercure... Après lui viennent Mars (surtout Lenus Mars chez les Trévires et Mars Cnabetius chez les Médiomatriques) et Jupiter Optimus Maximus. Mars n’est pourtant pas spécialement populaire à part de chez les Trévires. Apollon complète le petit panthéon décrit par Jules-César. Il est intéressant de noter que, juste après, arrive Hercule, dont l’importance est particulièrement marquée chez les Leuques (et à Brohl, un site découpé du territoire trévire pour rejoindre la Germanie-Supérieure). En effet, la place importante donnée à Hercule peut être le caractère le plus distinctif de la Belgique-Première au sein de la région septentrionale et centrale de la Gaule.

Dans le territoire médiomatrique se situent les centres cultuels d’Icovellauna et de Sucellus et Nantosuelta. Ritona a le sien en territoire trévire, tout comme le dieu Intarabus (un dieu qu’on identifie une fois à Mars, mais dont l’iconographie ressemble à celle de Silvain).

Parmi les déesses, Diane et Minerve suivent Rosmerta. Après, nous voyons d’autres parèdres des grands dieux : Sirona ou Ðirona (parèdre d’Apollon), Junon (conjointe de Jupiter) et Ancamna, Victoria, Inciona et Nemetona (toutes parèdres de Mars sous ses différents visages).

Les dédicaces sont très souvent faites « en l’honneur de la maison divine », un formule qui dénote la famille impériale sous son aspect cultuel.

Belgica II
Germania Inferior
Germania Libera
Senonia ← Belgica I → Germania Superior

Aquitania I

Lugdunensis I

Maxima Sequanorum

Notes

L’essentiel des données ci-dessus sont tirées de l’Epigraphik-Datenbank Clauss/Slaby, une ressource capitale pour l’étude des épigraphies en-ligne. J’ai collé toutes les inscriptions d’intérêt religieux des trois cités de Belgique-Première que j’ai pu identifier : voici la liste (format texte). Si vous connaissez une inscription religieuse qui y manque, ou si vous identifiez une erreur de n’importe quelle sorte, je vous prie de m’en alerter.

English (Shakespeare)
English please!
Deutsch (Goethe)
Auf deutsch, bitte!
Creative Commons License
DEO · MERCVRIO · CETERISQ · DIIS · DEABVSQ · IMMORTALIBVS · VIDVCVS · BRIGANTICI · F · ANNO · POST · R · C · MMDCCLXV · V · S · L · M