GERMANIA SVPERIOR : GERMANIE-SUPÉRIEURE

Germanie-Supérieure (carte)

Aperçu

Le territoire de la Germanie-Supérieure a connu de très grands flux. Au début (ère augustéenne) et à la fin (après Dioclétien), il était limité à une section de la rive gauche du Rhin. Un changement administratif flavien lui a attribué pendant un temps la Séquanaise et même les Lingons (en Lyonnaise-Première). Des changements plus concrets ont abouti à la conquête des Champs Décumates (correspondant à peu près au pays de Bade) et l’extension progressive de la limes vers l’orient (ère flavienne). Une fois les Suèbes chassés, les Champs Décumates ont été repeuplés par des colons venus de la Gaule, tandis que la limes a été marquée par une majeur activité militaire (et donc cosmopolite, romanisée, économiquement dynamique). Grâce à l’expansion des Alamans, les Champs Décumates ont progressivement été perdus sous le Bas-Empire.

Le cœur de la Germanie-Supérieure — appelé Germanie-Première sous le Bas-Empire — était plus stable. Ayant pour capitale la ville dynamique de Mayence (Moguntiacum), il comptait aussi les centres de Worms, ville des Vangions (Vangiones) ; Spire, ville des Némètes (Nemetes) ; et Brumath et Strasbourg, villes des Triboques (Triboci). Le territoire attribué à Mayence sur notre carte avait fait partie du domaine trévire avant l’érection de la Germanie-Supérieure comme province ; deux petites peuplades, les Caitracates et les Arésaces, en étant détachées pour la rejoindre dès son origine. Tacite considère les Vangions, les Némètes et les Triboques comme « évidemment germains »Cornelivs Tacitvs, Germania xxviii. ; leurs ancêtres avaient traversé le Rhin s’installer sur des terres jusqu’alors médiomatriques et leuques lors de la conquête césarienne.

Nos sources littéraires affirment le caractère germanique de cette région-ci, mais du moins en matière religieuse elle a gardé un caractère celtique évident. Sur ce fond gaulois se sont inscrites d’importantes influences romaines et orientales, notamment à Mayence et sur la limes, avec pour moteur la présence active de plusieurs légions.

Dieux attestés sur les épigraphies

  • IOM 144 (IOM 131, IOM Conseruatori 3, IOM August[o] 1, Ioui Optimo 1, I O Vin 1, Ioui 2 ; IOM Dolicheno 4)
  • Mercurius 118 (Mercurio 56, deo Mercurio 48 ; deo Mercurio Cmabriano[!!!] 1, deo Mercurio Ci[mbriano?] 1 ; Merc[urio] Tou[teno] 1, deo Touteno Auento 1 ; dM dM 1 ; Mercurium domesticum 1 ; deo Mercurio Aug 1 ; d Me Defensor 1 ; Mercurio Cissonio 2, deo Mercurio Cissonio 1, deo Cissonio 2 ; Visu[cio] 1)
  • Iuno Regina 56 (Iunoni Reginae 53, deae I[u]noni[i] 1, Iuno 2)
  • dominus Mars + Mars + Mars Loucetios 53 (domino Marti 14, domino Marti Aug 6, M d 1 ; Marti 14, deo Marti 5 ; Marti Loucetio 7 ; deo Mar Noadat 1, Marti Camulo 1, Mar militari 1, deo Mar Arm 1, [...]rt Ult[...] 1, Marti Smertrio 1)
  • Hercules Saxsanus 37 (Herculi Saxsano 20, Herculi 9, Herculi Inuicto 2, Saxano 2, Herculenti 1, Herculi Barbato 1, deo Herculi 1, Hercules 1)
  • Dieu Invaincu Mithras/Sol 32 (DIM 13, IDM [!!!] 1, deo Inuicto M 4, deo Inuicto Myrhe 1, deo Inuicto Mytrae 4 ; Deo Inuicto Conseruatori 1, deo Inuicto 1, deo Inuihto 1, [I]nuiht[o] 1 ; Soli Inuicto Mitrae 1, [deo] Soli [Mi]thr[ae] 2 ; [S]oli In[uicto] 1, deo Sol Inu[icto] 1 ; Soli 2)
  • Apollo 19 (Apollini 13, deo Apollini 2 ; Apollini Granno 1, Grani 1, Apollini Grann[o] 1)
  • Fortuna 18 (Fortunae 8, deae Fortunae 3, Fortunae deae 1, deae Fortunae Salutari 1, Fortunae Aug 1, Fortunae Reg 1, Fortunam Superam 1, Fortunae Conseruatrici 1, Fortunae reduci 1)
  • Minerve 14 (Mineruae 9, deae Mineruae 3, Minerua sancta 1, deae Palladi 1)
  • Victoire + Nemetona 13 (Victoriae 7, deae Victoriae 2, Victoriae Se[...]niae 1, Victoriae militum 1 ; Nemeton 1, Nemetonae 1)
  • Diana 12 (Dianae 6, deae Dianae 3, Deane 2, Dianae sanctae 1)
  • Maia 10 (Maia 4, Maiiae 2 ; Rosmertae 4)
  • Vosegus Silvanus 6 (Siluano 4, deo Siluano 1, Siluano deo 1 ; Vosego Siluano 3 ; Vosegus 2)
  • Matres 5 (Matribus 2, Matrabus 1, Matres domesticae 1 ; deab Aufan 1)
  • Sirona + Hygiea 5 (Sironae 3, deae Sironae 1, Hygiae 1)
  • Suleviae 4 (dea Sul 1, Suleis 1, Suleuiabus 1, Suleuis deabus 1)
  • Bellona 3 (Bellonae 2, uirtus Bellonae 1)
  • dii Casses 3 (dibus Cassibus 2, Bonis Cassubus 1)
  • Isis 3 (Isidi 2, Isidi Reginae 1)
  • Luna 3 (dae Lune 1, deo[!!!] Lun[a]e 1, Lune 1)
  • Neptunus 3 (Neptuno 2, d Neptuno 1)
  • Attis 2 (bone sancte Atthis tyranne 1, deo Attini 1)
  • Candida Regina 2 (deae Can[...] Reginae 1, d C R 1)
  • Epona 2 (Eponae 2)
  • Erecura 2 ([A]erecure 1, [Here]cure 1)
  • Liber + Sabasius 2 (Libero 1, Sabasio Conseruatori 1)
  • Roma 2 (inuicta Roma 1, Romae 1)
  • Sucelus 2 (Sucaelus 1, deo Sucelo 1)
  • dieux divers 16 (Aesculapius 1?, Aranucno 1, Bugio & Nerio 1@, Caletio[?] 1, Castor & Pollux 1@, deo Demionco 1, deo [...]reto 1, Diti Patri 1, Euentu bono 1, d Medru 1, Rhenus Pater 1, Volcano 1, Vindoridio et Boud[a]nae 1@)
  • déesses diverses 13 (deabus sanctis 1, deae [...]lle 1, dee Caiu 1, Degalae Cannenafatium 1, [Fl]ore? 1, Iuliae Augustae caelesti deae etc 1, deabus Magineniis 1, Matri Magnae 1, deabus Parcis 1, Ti[ta]ca 1, Vestae 1, Virodacti siue Lucene 1, deae Virtuti 1)
  • omnibus 11 (diis deabusque immortalibus 3, ceterisq dis deabusq 3, dis deabusque omnibus 3, ceterisque diis immortalibus 1, ceterisque dis deabusque omnibus 1)
  • génies 55 (genio 3 ; gen loci 14, genio huius loci 1, tutelae loci 1, genio bf cos GS et loci Concord 1 ; genio (centuriae) 12, genium legioni XXII Pr P F 1, dolabrari 1, g c Argent 1, genio pausariorum uexsill uet 2, genio tectorum 1 ; genio uican 1, [g]enio uici ca[n]abar et ui[ca]nor canabensium 1, uici genio uicano[rum] 1 ; genio catabul cos 1, genio chor I 1, genio collegi iuuentutis 2, genio I CN 1, genio i[...]cn[...] 1, genio Iparatore Luc Septimo Seuero 1, genio Lugnessium 1, genio neg Pannoniorum 1, genio s 1, genio s[...]i[...] 1, genium pla p p pret 1) ; nymphes 9 (nymphis 2, nympis 2, nimpis 1, nimphis 1, deabus nymfis 1, deabus nimphis 1, nymphis Laurentibus 1) ; Quadrubiae 18 (Bibis Tribis Quadruuii 3@ ; Biui[is] 1 ; deabus Quadrubis 2, d Quadrub 1, Quadr 1, Quadriuis 1, Qadrubis 1, Qaudrubis 1 ; Laribus competalibus siue Quadriuis 1) ; lares 4 (Laribus & Penatibus 1@, Laribus stra[t] 1, dii domestici 1)
  • numina, etc. 113 (numini Augustorum 2, numinib Aug 1 ; numinibus castrorum 1, numinibus 1, numinibus sanctissimis 1, numinibus loci signum Dian 1 ; honori aquilae 6, pietati leg XX Pr P F 1 ; in HDD 99)

Je compte quelque 700 mentions épigraphiques de dieux particuliers dans cette province, dont l’écrasante majorité se trouve à Mayence. Voilà des indications d’une romanisation profonde : l’importance singulière de Jupiter Optimus Maximus parmi les dieux et de Junon-la-Reine parmi les déesses, la haute place faite à Fortuna, les mentions fréquentes des génies voire des lares, la présence de plusieurs dieux romains qui sont rares en Gaule (Neptune, Esculape, Eventus Bonus, Flora, Liber, Vesta, Virtus...). Ajoutons-y des influences orientales, dont la plus importante de loin est le culte de Mithras (mais on trouve aussi Jupiter Dolichène, Isis, Attis et la Mater Magna, Sabazius, soit presque toutes les divinités de cultes orientaux connues en Gaule).

Pourtant, juste au-dessous de cet édifice romain impressionnant, on peut discerner une fondation résolument gauloise. Mercure est guère devancé par son auguste père Jupiter ; Mars et Apollon occupent des places très honorables (bien qu’Apollon soit moins populaire qu’on aurait prévu). Tous les trois se dénomment parfois en gaulois. Le plus important exemplaire en est Mars Loucetius, mais notons aussi Mercure Cissonius, Apollon Grannus, Mercure Cimbrianus et Mars Camulus. Sont présents presque tous les dieux indicateurs de la région septentrionale et centrale : Rosmerta, Sirona, Epona, les Suleviae, Sucelus.

Cela dit, chaque cité présente d’importantes spécificités. Strasbourg semble avoir été une citadelle du culte de Mithras, tandis que le reste de la cité triboque est très attaché à Mercure. La déesse Candide-la-Reine, connue également chez les Suèbes, peut indiquer les origines germaniques des Triboques. Chez les Némètes, Hagenbach représente le centre d’un culte du « seigneur Mars » ; ailleurs, ce sont plutôt Mercure et Jupiter qui sont préférés ; Mithras a un centre mineur à Gimmeldingen. À l’aval de Mayence, on se retrouve en territoire typiquement celtique (c’est ici la section détachée de la cité trévire), et Mercure et Rosmerta l’emporte généralement. Mais à Brohl se trouve un centre important dédié au culte d’Hercule (un détachement légionnaire y travaillait une carrière ; il est devenu très dévoué à Hercule Saxanus « des pierres », parfois avec JupiterEdith Mary Wightman (1970), Roman Trier and the Treveri, p. 192.).


AGRI DECVMATES : les CHAMPS DÉCUMATES

Vers la fin du Ie siècle, Rome conquiert la rive droite du Rhin depuis le lac de Constance jusqu’aux monts Taunus (une région qui recouvre la Bade et des parties du Württemberg et de la Hesse actuels). Les légions y établissent la limes germanique, une série de forteresses, de fosses, de murs et de postes avancés. Cela implique une majeur mobilisation de ressources naturelles, économiques et surtout humaines. Les anciens habitants de cette région, les Suèbes, sont chassés à l’exception de ceux qui acceptent de rester sous le contrôle romain, à savoir les Suèbes nicrètes (Suebi nicretes) de la région d’Heidelberg. Les Mattiaques (Mattiaci) du pays de Francfort sont également qualifiés comme germains. Autre part, on assiste à une colonisation de la part des Gaulois venus d’un peu partout de la Gaule. Cette région que l’on appelle les Champs décumates s’organise en plusieurs nouvelles ciuitates : dans la Forêt noire, Arae Flauiae (Rottweil), Sumelocenna (Rottenburg), les Aquenses (Baden-Baden) et Alisinenses (Bad Wimpfen) ; plus en aval, à l’approche de la Hesse, les Auderienses et les Taunenses.

  • Jupiter Très-Bon Très Grand 98 (IOM 96, Ioui 2)
  • Junon la Reine 36 (Iunoni Reginae 31, Iunoni 4, dea Iunoni 1)
  • Mercure 34 (Mercurio 27 ; deo Mercurio Visucio 1, Visucio 1, Visucio Mercurio 1 ; deo Mercurio Cimbriano 2 ; deo Mercurid Cultori 1, [ge]nio Mercur Alauni 1)
  • Diane Abnoba 24 (Abnobae 8, Dianae 7, Deanae 4, Deanae Abnobae 1))
  • Mars 15 (Marti 6, genio Martis 2 ; Mar Cnabetio 1, Mar Cenab 1 ; deo Marti militari 2, Marti Caturigi 1, Marti cosserua 1, Marti Exalbiouici 1)
  • Fortune 14 (deae Fortunae 6, Fortunae sanctae 3, Fortunae 3, Fortunae Respicienti 1, Fort Red 1)
  • Minerve 12 (Mineruae 12)
  • Dieu invaincu [Mithras et/ou Sol] 10 (deo Inuicto 2, D I O 1 ; D I M 1, Inuicto Mythrae 1 ; Soli Inuicto Mithrae/S I M 2, D S I M 1, Soli 2)
  • Erecura 9 (Herecure 2, Erecure 3, D S Aericur 1, [...]ure 1, Hrqr Ritie 1 ; Proserp[inae] 1)
  • Victoire 9 (Victoriae 8, Victoriae Aug 1)
  • Apollon 5 (Apollini 3, Apollini Granno 1, Apollini Pythio 1)
  • Déesses mères 5 (Matribus 1, Matronis Alhiahenabus 1, Leudi[nis et] Medoto[u]tehis 1@, Gerionis 1, Seno Matro 1)
  • Hercule 3 (deo Herculi 1, [H]ercu[li] Conse[ruatori] 1, Herc 1)
  • Rosmerta + Maïa + Visucia 3 ([Ros]merte 1, Maiiae 1, Sancte Visucie 1)
  • Dis Pater 2 (Di 1, Diti Pat 1)
  • Dieux pères 2 (diis patriis 1, deo patrio 1)
  • Jupiter Très-Bon Très-Grand Dolichénien 2 (IOM Dolicheno 2)
  • la Mère des dieux 2 (Matri deum 2)
  • Neptune 2
  • Sirona 2
  • divinités diverses (Bono Euentui 1, Eponae 1, Fixobeiae 1, [d]eo Sedato 1, Suleuis sororibus 1, deo Taranucno 1, dae Viroðði 1, deae Virtuti 1, Visunae 1, Volkan 1 ; ceteris dis deabusque omnibus 15)
  • génies 39 (genio loci 26, genio cohortis 5, genio turmae 1, genio peregrinorum 1, genio nautarum 1, etc.) ; nymphes 7 (nymphis perennibus 1, nimphis sa[nctis] 1, nympheros 1) ; Campestres 2 ; boni Cases 3 ; divinités des carrefours 8 (Tribis Qua 1@, deabus Quadruuis 2, deabus Quadrubis 1, diis Quadrubis 2, Biuiis Triuis Quadriuis 1@, deabus Quadurub[is] 1, [dea]b[us] Qu[adrubis] 1)
  • numina, etc. 85 (in HDD 83, pro sal Imp 1, pro salute Augg 1, numinibus loci 1, saluique Aug n 1)

Les Champs décumates livrent ainsi quelques 323 inscriptions d’intérêt religieux. Les contextes et les dédicants militaires prédominent. On ne s’étonne donc pas que les divinités les plus honorées, ce sont Jupiter et Junon, ni que les soldats adorent assiduement Mars, sa compagne Victoire et la Fortune qui assure le bon déroulement de leur métier périlleux.

Le grand nombre d’inscriptions en l’honneur de Mercure et la présence de dédicaces à Rosmerta, à Sirona, à Epona, etc., attestent les origines celtiques de beaucoup des colons. Les origines germaniques de quelques uns des dédiants sont probablement indiquées par les dédicaces aux Mères alhiahenae ou les Leudinae et Medotoutehae.

D’autres divinités sont plus spécifiques à la région. C’est notamment le cas de Diane et de la déesse Abnoba, reliées sur une inscription. Elles disposent d’une popularité indéniable ici, comme dans la région cisrhénane de la Germanie-Supérieure. Abnoba, c’est la déesse éponyme de la chaîne de collines de la Forêt noire où le Danube prend sa source. Vu l’importance de Diane, on s’étonne de la quasi-absence d’inscriptions religieuses qui honorent Apollon.

Également typiques de la région sont Dis Pater et Erecura, soit le Pluton et la Proserpine des Celtes orientaux. Leur culte s’étend de la Germanie en Rhétie et dans d’autres provinces danubiens. Dans les Champs décumates, on remarque que Erecura reçoit plus de dédicaces que son mari, contrairement à beaucoup d’autres couples romano-celtiques.

Il y a le long de la limes une concentration importante d’inscriptions en l’honneur du « Dieu invaincu » (deo inuicto) que l’on identifie soit à Mithras soit à Sol. Dans un cas, le dédiant semble l’identifier au deux.Il s’agit d’une inscription à Osterburken chez les Suèbes, CIL xiii, 6576. On remarque d’autres divinités « orientales » honorées avant tout par les soldats, à savoir le Jupiter dolichénien, la Mère des dieux et Isis.

Germania Inferior
Germania Libera
Cimbria
Belgica I ← Germania Superior → Germania Libera

Lugdunensis I

Maxima Sequanorum

Raetia

Notes

L’essentiel des données ci-dessus sont tirées de l’Epigraphik-Datenbank Clauss/Slaby, une ressource capitale pour l’étude des épigraphies en-ligne. J’ai collé toutes les inscriptions d’intérêt religieux des cités de Germanie-Supérieure que j’ai pu identifier : voici les listes pour la rive gauche du Rhin et pour les Champs décumates (format texte). Si vous connaissez une inscription religieuse qui y manque, ou si vous identifiez une erreur de n’importe quelle sorte, je vous prie de m’en alerter.

English (Shakespeare)
English please!
Deutsch (Goethe)
Auf deutsch, bitte!
Creative Commons License
DEO · MERCVRIO · CETERISQ · DIIS · DEABVSQ · IMMORTALIBVS · VIDVCVS · BRIGANTICI · F · ANNO · POST · R · C · MMDCCLXVII · V · S · L · M